Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
reg-artsadeens.over-blog.com
Articles récents

LES JUSTES

15 Avril 2021 , Rédigé par DP Publié dans #Théâtre

THEATRE ! ce soir sur CULTUREBOX, chaîne 19, "LES JUSTES" d'Albert CAMUS !

Nous sommes en Russie, à Moscou ; février 1905 :

" DORA :

Ouvre les yeux et comprends que l'Organisation perdrait ses pouvoirs et son influence si elle tolérait, un seul moment, que des enfants fussent broyés par nos bombes.

STEPAN :

Je n'ai pas assez de cœur pour ces niaiseries. Quand nous nous déciderons à oublier les enfants, ce jour-là, nous serons les maîtres du monde et la révolution triomphera.

DORA :

Ce jour-là, la révolution sera haïe de l'humanité entière.

STEPAN :

Qu'importe si nous l'aimons assez fort pour l'imposer à l'humanité entière et la sauver d'elle-même et de son esclavage."

... terrible dialogue n'est-ce pas ?

L'action se déroule donc en 1905 en Russie alors que 5 terroristes projettent un attentat à la bombe contre le Grand-Duc Serge, oncle du tsar. Mais voilà, ce soir-là, deux jeunes enfants le neveu et la nièce du Grand-Duc, seront dans la calèche !

... alors ?

A noter qu'Albert CAMUS dans sa pièce " LES JUSTES " conserve les situations historiques réelles ainsi que les personnages et leurs vrais noms.

Mais inutile de trop en dire, et posez-vous quelques questions :

*Q: peut-on justifier un crime pour des raisons politiques ?

* Q : peut-on, au nom du bien futur, commettre un acte vil et pendable ?

... Du THEATRE inhabituel et de qualité . Cette pièce fut représentée pour la 1 ère fois au Théâtre Hébertot le 15 décembre 1949.

 

Lire la suite

Chant

14 Avril 2021 , Rédigé par BP/MP Publié dans #Ecrits

Atelier d’écriture :

Chaque fois que les voisins se réunirent sans l’avoir invitée,

elle se disait :

 « Comme les habitants de ce quartier sont   sympathiques, ils sont très joyeux, leurs rencontres sont animées de musique et chansons, l’ambiance entre eux semble bonne !

Quant à moi ,

je serai la plus heureuse le jour où ils auront trouvé l’adresse d’un professeur de chant et de solfège. »

 

 

  Chaque fois que les voisins se réunirent sans l'avoir invité, la stupeur d'Achille grandissait, enclin à de multiples questionnements face à cette situation. Pour quelles raisons ces gens le snobaient-ils ainsi ? Il s'était pourtant montré des plus courtois lorsqu'il avait emménagé dans sa nouvelle demeure. Quand il s'était présenté à eux, il avait bien senti comme une gêne par leur regard fuyant, leur désir d'en finir vite et de lui fermer la porte au nez. Que cachaient-ils donc ? Achille savait qu'il n'en était nullement responsable. Leur comportement de fuite exprimait juste qu'ils avaient un secret bien gardé. Il lui avait fallu attendre des années, six ans peut-être pour comprendre l'objet de ce rejet et ce qui se tramait derrière ces murs. Récemment, l'hélicoptère de la police nationale avait fini par repérer des plants de cannabis dans leur jardin. 

 

Lire la suite

Bretagne

13 Avril 2021 , Rédigé par MP Publié dans #Ecrits

 

 La mère de Benjamin était originaire de Bretagne.

Artiste-peintre, elle s'était établie à Saint-Jean-de Luz, séduite par ce lieu. C'est sur le port qu'elle avait croisé Arnaud, marin-pêcheur. Entre eux, ce fut « le coup de foudre », comme on dit. Mais, très vite après la naissance de leur fils, le couple avait senti qu'ils n'avaient rien à faire ensemble. Benjamin avait huit ans lorsque son père lui annonça que sa mère était partie. Isabelle venait de rencontrer Graham, un homme fortuné venu du Canada pour affaires. Le vol Biarritz-Québec fut sans retour ! Benjamin grandit, entouré de l'affection de son père et de ses grands-parents paternels. Par cela, il avait appris à se méfier des femmes. Une analyse l'avait alors aidé à y voir plus clair et à reprendre confiance en lui et en la vie. Il était désormais en paix avec lui-même. 

 

 

Lire la suite

« Quand la Chine s’éveillera » … « … Le monde tremblera ».

12 Avril 2021 , Rédigé par JC Publié dans #LIVRES

« Quand la Chine s’éveillera » ... « ... Le monde tremblera ».

 

Voilà pour le titre complet de ce livre, qui fut publié par Alain Peyrefitte, en 1973.

Cinquante ans après,

 cette pandémie aidant,

le monde ne va-t-il pas se réveiller, bien tard, en constatant, naïvement, sa dépendance à « l’Empire du Milieu » .

Lire la suite
Lire la suite

par Jupiter

10 Avril 2021 , Rédigé par MG Publié dans #Ecrits

Chaque fois que les voisins se réunirent sans l’avoir invité

Chaque fois que les voisins se réunirent sans l’avoir invité, un arc en ciel se dessina dans le ciel. La pluie se mit à tomber, drue. La cité d’Athènes fut inondée rapidement. Son pouvoir était si puissant qu’il pouvait commander la météo. Il était Zeus et ça devait se savoir. Il était le dieu de l’univers. Nom de Zeus !

 

Lire la suite

covid

9 Avril 2021 , Rédigé par DP Publié dans #Ecrits

Allez, la prof de français se réveille !

Doit-on dire LE ou LA covid ?

Moi, j'aime bien le féminin et j'aime bien l'Académie quand elle donne son avis , même quand c'est un peu tardivement ...bonne journée à vous, mais que ça ne vous tracasse pas trop .

 

Lire la suite
Lire la suite

West side story

7 Avril 2021 , Rédigé par DP Publié dans #Ciné

.. Oui, 60 ans après sa sortie, WEST SIDE STORY, le film aux 10 Oscars est diffusé sur ARTE.

Je l'avais vu la 1ère fois à Bayonne avec un groupe de copains et copines et presque toute la nuit durant, nous avions dansé et rejoué les scènes-clefs dans les rues étroites du petit Bayonne, ce qui valut à l'un d'entre nous de recevoir un seau au liquide indéfini sur le crâne. Peu importait, la magie avait opéré et rien ne put nous calmer.

Depuis, je l'ai sans doute revue, cette comédie musicale, une bonne dizaine de fois et , à chaque fois, la magie a opéré.

On était en 1961, le mythe du rêve américain en prenait un sacré coup alors que le thème de l'intégration difficile des minorités était abordé. Les immeubles en briques de New York, la guerre des gangs, un amour impossible, des escaliers en fer, des blousons de cuir, des drugstores et des crans d'arrêt... des tubes devenus légendaires sur la sublime partition de Léonard Bernstein

... et pour moi, NATHALIE WOOD, le portrait aux yeux sombres et à la taille fine toute en légèreté piquante d'Edmée, ma mère... Séquence émotion en pensant à elle.

Maman, c'est toi que je vais revoir ce soir.

" I feel pretty,

Oh, so pretty,

I feel pretty and witty and bright!

And I pity

Any girl who isn't me tonight.

I feel charming,

Oh, so charming

It's alarming how charming I feel !

And so pretty

That I hardly can believe I'm real.

See the pretty girl in that mirror there:

Who can that attractive girl be?

Such a pretty face,

Such a pretty dress,

Such a pretty smile,

Such a pretty me!

I feel stunning

And entrancing,

Feel like running and dancing for joy,

For I'm loved

By a pretty wonderful boy!

Have you met my good friend Maria,

The craziest girl on the block ?

You'll know her the minute you see her,

She's the one who is in an advanced state of shock.

She thinks she's in love.

She thinks she's in Spain.

She isn't in love,

She's merely insane.

It must be the heat

Or some rare disease,

Or too much to eat

Or maybe it's fleas.

Keep away from her,

Send for Chino!

This is not the

Maria we know !

Modest and pure,

Polite and refined,

Well-bred and mature

And out of her mind!

I feel pretty,

Oh, so pretty

That the city should give me its key.

A committee

Should be organized to honor me.

La la la la . . .

I feel dizzy,

I feel sunny,

I feel fizzy and funny and fine,

And so pretty,

Miss America can just resign!

La la la la . . .

See the pretty girl in that mirror there:

What mirror where?

Who can that attractive girl be?

Which? What? Where? Whom?

Such a pretty face,

Such a pretty dress,

Such a pretty smile,

Such a pretty me !

Such a pretty me !

I feel stunning

And entrancing,

Feel like running and dancing for joy,

For I'm loved

By a pretty wonderful boy ! "

 

Lire la suite

Mordillo

6 Avril 2021 , Rédigé par DP

Bonjour à vous passants, passantes, qui jetez juste un œil ou qui vous attardez ici ... si comme MORDILLO nous tentions de voir la vie en couleurs ?

heu ! ... la vie ? allez, disons déjà la journée ! Hommage à MORDILLO, ce génial

dessinateur, hélas disparu il y a un an déjà !

Né à Buenos-Aires puis immigrant espagnol, il travailla dans les années 60 à la réalisation de dessins animés pour la Paramount, notamment sur le personnage de Popeye.

Mais c'est dans les années 70 que cet infatigable voyageur, admirateur de Buster Keaton qui lui fut une grande source d’inspiration, a connu une renommée mondiale pour ses dessins muets penchant volontiers du côté de l'absurde, gorgés de poésie, de couleurs, d'humour noir, un humour qu'il surnommait lui-même "la tendresse de la peur".

 

 

Lire la suite