Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
reg-artsadeens.over-blog.com
Articles récents

Les fleurs du mal

19 Septembre 2022 , Rédigé par MG Publié dans #LIVRES

Le 21 juin 1857, il y a plus d’un siècle et demi, première édition des scandaleuses, pour l’époque, « Fleurs du mal » de Charles Baudelaire.

 

Lire la suite

Au marché saisonnier de Seignosse

18 Septembre 2022 , Rédigé par DP Publié dans #thème libre

Et hop, petit tour au marché saisonnier de Seignosse niché sous les pins.

Bilan : une jolie nappe colorée, 4 torchons, un foulard ( à chaque fois que je sors j'en achète un, je pourrais ouvrir une boutique )...et une part de pizza qui semble savoureuse aux piments confits d'Espelette.


 

Lire la suite

La course de caisses à savon d'Odos

17 Septembre 2022 , Rédigé par MG Publié dans #spectacles

Nous nous rendons avec nos petit -fils, au village voisin d’ Odos assister à cette 1e course de caisses à savon, oui vous avez bien lu de caisses à savon ! Il existe même une fédération nationale qui impose les règles. Ne souriez pas, je vous vois.

Auparavant, en fin de matinée, avec Léo,je n’avais pas manqué de me rendre sur les lieux , histoire de découvrir le parcours que peut faire une caisse à savon ou encore l’ambiance à venir .

Nous avons vu de belles carlingues , celle des élus,décorée avec du bleu- blanc- rouge automatiquement, celle du comité des fêtes, en forme de bouteille (qui s’est décomposée hélas dès le 1er parcours , elle n’a pas aimé le franchissement des 2 bosses avec la piscine au milieu ) …

6 véhicules avaient répondu à l’appel . Véhicules grimés, joviaux, démonstratifs, les équipages ont fait , autant qu’ils le pouvaient, le spectacle devant un public bigourdan nombreux et sous un soleil très généreux : le circuit faisait au total 800 mètres ; j’aurais aimé entre les passages des bolides, un peu d’animation musicale mais mon petit doigt me dit que c’est à l’étude pour l’an prochain.Tant mieux ! Faisons confiance au courageux comité des fêtes d’ Odos !

Il faudra aussi encore plus de caisses, si possible, pour distraire les badauds. Les bricoleurs fous ne manqueront pas,soyons en assurés .

En attendant, sur la chaîne « l’équipe 21 » , nous avons l’occasion de rire devant les courses de caisses à savon de tous pays.

Lire la suite

Au théâtre

16 Septembre 2022 , Rédigé par MG Publié dans #Sorties weekend

Au théâtre
Au théâtre
Au théâtre
Lire la suite

Son

15 Septembre 2022 , Rédigé par MG Publié dans #Théâtre

Annonce du Théâtre du Jeu à Tarbes

Bonjour, nous cherchons un Technicien son pour réparation d'une table de mixage. Merci de nous contacter par MP.

 

Lire la suite

Madres paralelas

14 Septembre 2022 , Rédigé par MG Publié dans #Ciné

« MADRES PARALELAS » de Pedro ALDOMOVAR, 2021, avec Penelope Cruz, Milena Smit, Rossy de Palma

j’ai vu ce film sur canal et j’ai bu du petit lait, comme on dit communément ;

en effet,je me suis laissé absorber par cette histoire de femmes célibataires vivant un même évènement important simultanément;

Pedro Aldomovar est un magicien des images car il a l’art de nous amener à tout bout de champ, des surprises autour d’une histoire, somme toute, banale.

Trame rocambolesque et intense ;

Il fait Jouer, avec un grand J, ses actrices , il compose les costumes et les décors toujours dans des tons colorés.

L’arrière plan très présent est la fosse commune de la guerre d’Espagne où certains des aïeux furent jetés par des phalangistes (franquistes) près de son village.

La grande (pas vraiment par la taille) Penelope Cruz (prix d’interprétation à Venise !) est ultra présente , on la voit ici décomplexée en jean , tee-shirt, coiffure bouffante et pas toujours apprêtée ; ça ne fait rien, elle assure en femme « mûre » environ 40 ans auprès de sa jeune amie adolescente , confrontée à l’accouchement elle aussi ;

« Madres paralelas » : une tragédie à ne manquer sous aucun prétexte !


 

Lire la suite

Un rêve

13 Septembre 2022 , Rédigé par EG Publié dans #Ecrits

Je crois que c'était toi.

Cette nuit j'ai rêvé d'un amour inachevé dans une vie antérieure, je crois que c'était toi. T'étais belle, amoureuse et triste. Triste car je te disais que notre amour était impossible,je ne sais pas pourquoi. Toi tu disais que si, qu'on avait le droit de s'aimer, je crois que c'était toi. À mon réveil, alors que tu dormais, je t'ai enlacée et mon âme a souri.

Je suis sûr que c'était toi.

 


 

Lire la suite

"Adios cow_boy" de Olja Savicevic

12 Septembre 2022 , Rédigé par JG Publié dans #LIVRES

Lu « Adios cow-boy » de Olja Savičević traduit du croate par Chloé Billon et publié chez JC Lattès. On ne souligne jamais assez le rôle éminent, majeur même que jouent les traducteurs dans la diffusion de la littérature étrangère. A travers Chloé Billon, que l’hommage qu’ils méritent leur soit rendu avec nos remerciements chaleureux.

J’ai donc rencontré Olja Savičević à Korçula en Croatie, à l’occasion du festival littéraire auquel je participais là-bas la semaine dernière pour y présenter mon livre « 3000 ans après Ulysse ». Et elle m’a dédicacé ce livre qui avait reçu le Prix du Premier roman 2020 en littérature étrangère. Portrait poignant dune jeune femme croate qui quitte Zagreb pour revenir sur la côte retrouver sa mère et sa sœur, et désireuse de comprendre le suicide de son jeune frère quatre ans plus tôt. Un frère passionné de western, ce qui donne une toile de fond très cinématographique à l’intrigue. Génération perdue dans une banlieue pauvre d’une ville croate bien abîmée par la guerre et ballottée entre intolérance et violence, désirs sexuels et volonté farouche d’affirmer sa différence.

On n’est plus, là, dans la littérature facile de vacances…mais plutôt dans un ouvrage lent, difficile, procédant par allusion, évocations subtiles, contradictions évocatrices.

Très difficile au démarrage, et puis on prend le rythme, on cherche à comprendre cette jeune femme complexe. Sans être bien sûr d’y arriver…


 

Lire la suite

L'Adéenne 81

11 Septembre 2022 , Rédigé par BD Publié dans #thème libre

Lire la suite

Alice Renavand à l'Opéra de Paris

10 Septembre 2022 , Rédigé par JG Publié dans #spectacles

On jouait à guichets fermés mercredi soir à l’Opéra de Paris, pour la soirée d’adieu d’une danseuse-étoile attachante autant que talentueuse, Alice Renavand. Atteinte par la satanée limite d’âge (42 ans !…)celle-ci avait choisie de danser Giselle, un rôle compliqué, difficile, qu’elle n’avait jamais interprété. Une sorte de difficulté qu’on s’impose à soi-même pour honorer le public une dernière fois. Le premier acte s’est déroulé à la perfection: l’étoile nous régalait…

Quand vint le deuxième acte, au bout de quelques minutes, la blessure sur une mauvaise réception…le drame et la sortie en pleurs.

Une pensée admirative pour l’organisation du corps de ballet qui a aussitôt fait comme si de rien n’était, Bleuenn Battistoni, sur scène dans un second rôle, montant d’un cran pour achever le spectacle, un ton en-dessous bien sûr, mais formidablement appliquée.

Et une grosse pensée pour Alice Renavand, revenue sur scène en boitant la fin de ce spectacle, appuyée sur les avant-bras du Directeur de l’Opéra et la Directrice de la Danse, Aurélie Dupont, venus lui proposer de revenir la saison prochaine pour refaire ses adieux…

Moment très inhabituel, très inattendu, et très…émouvant !

Rassurez-vous Alice : on reviendra .

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>