Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
reg-artsadeens.over-blog.com

cine

Novembre

7 Décembre 2022 , Rédigé par JG Publié dans #Ciné

« Novembre » de Cédric Jimenez, le réalisateur de « Bac Nord, avec Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain et Anaïs Demoustier. Une plongée dans la brigade antiterroriste pendant les cinq jours qui ont suivi les attentats, jusqu’à la fusillade impressionnante qui a clôturé l’enquête en même temps qu’elle a permis la « neutralisation » de celui qui est considéré comme le chef du commando, dans un vieil immeuble de Seine-Saint Denis où il avait trouvé une planque. Une démonstration froide, presque mécanique du travail des policiers anti-terroristes où l’on découvre par exemple que ce terroriste-là avait échappé aux policiers à Athènes quelques mois plus tôt ou qu’une jeune inspectrice a flirté avec les procédures pour vérifier une piste…fructueuse, où bien qu’une informatrice précieuse - qu’on peut presque considérer comme une « repentie » - a joué un rôle déterminant. ( mais pourquoi donc le réalisateur l’a-t-il affublée d’un voile, obligeant l’intéressée dans la vraie vie à démentir ce détail ?? Troublant comportement …). C’est intéressant, presque comme un documentaire sur le travail des policiers tellement l’équipe du film s’est plongée dans ce milieu et y a fait un quasi- travail d’ethnologue. Mais, à l’inverse de « Bac Nord » que j’avais beaucoup apprécié pour sa violence brute de décoffrage, cet aspect du travail des policiers fait de renseignement, de recoupements, d‘enquêtes discrètes est bien moins cinégénique. Et les trois principaux acteurs, qui ne manquent pourtant pas de talent d’habitude, ne sont pas vraiment convaincants dans leurs rôles.

Lire la suite

Eo

2 Décembre 2022 , Rédigé par MG Publié dans #Ciné

« Eo » de Jerzy Skolomowski avec Sandra Drzymalska, Tomasz Organek et Isabelle Huppert en guest star.

 

J’ai vu ce film , prix du jury à Cannes, au Parvis d’Ibos, il s’agit de suivre les péripéties d’un petit âne gris dans le monde des humains. On pense clairement au parti pris animaliste du réalisateur polonais. Dans la lignée de « l’ours » de Jean Jacques Anneaud ou bien d’autres encore.

On a la surprise d’y rencontrer notre Isabelle Huppert nationale , plus icône que jamais, dans un petite rôle de belle-mère !!

On vit de près un match de foot des villages, qui se termine par la fête et des bagarres.

On y voit des chevaux , on y suit des vaches , on s’attendrit toujours sur notre animal qui hihanne parfois.

La manière de filmer du réalisateur se situe au niveau des yeux de l’âne Eo . Il nous offre une aventure sensorielle , jouant avec les couleurs et les lumières, l’endroit et l’envers, les stridences et la musique...

Bref , ce film n’est sûrement pas un chef d’œuvre mais il a le mérite de nous ouvrir les yeux , donc de nous enrichir ( comme Ali Baba) sur les ânes.

 

Lire la suite

La conspiration du Caire

30 Novembre 2022 , Rédigé par JG Publié dans #Ciné

Vu « La conspiration du Caire » le film du suédois Tarik Saleh, dont le père est égyptien, sélectionné officiellement à Cannes cette année, où il a obtenu le prix du scénario. L’histoire se passe au sein de la grande mosquée Al Azhar du Caire qui est aussi une Université, grand phare de l’islam sunnite, qu’on qualifiera de « plutôt modérée « mais qui est, on le devine, en proie à bien des tensions. L’histoire raconte comment les services de la police politique du régime actuel, celui du Maréchal Al Sissi, à l’occasion de la mort du recteur de la grande mosquée et du processus de désignation de son successeur, s’assurent de mettre hors-jeu un candidat suspecté de connivence avec l’islamisme radical. Mettre hors-jeu s’entend, bien sûr, « par tous les moyens » ce qui n’étonne en rien de la part d’un régime aussi peu démocratique. Critique ferme et dénonciatrice ô combien méritée cela va sans dire, au travers d’un scénario conçu de l’intérieur de la mosquée, au milieu des étudiants. Et c’est plutôt bien fait et convaincant. Mais ce qui gêne dans cette approche, c’est son parti-pris visant bon an - mal an, à faire des islamistes radicaux des victimes, passant par pertes et profits les déviations antidémocratiques des islamistes du temps du régime de Morsi. Je partage cette critique radicale du régime égyptien actuel, mais n’arrive pas à absoudre le régime précédent. Et c’est d’ailleurs bien le drame du peuple égyptien qui, tel Moïse, tombe de Charybde en Scilla….

Lire la suite

Couleurs de l'incendie

23 Novembre 2022 , Rédigé par JG Publié dans #Ciné

Vu le film « Couleurs de l’incendie » de Clovis Cornillac ( qui joue d’ailleurs dans son film) d’après le roman de Pierre Lemaitre, avec Léa Drucker, Benoit Poolvoerde, Olivier Gourmet et Fanny Ardant. Joli film, fidèle au roman qui était déjà de grande qualité mais l’enrichissant, remarquablement joué( notamment par Léa Drucker qui s’affirme comme une grande actrice et Fanny Ardant, égale à elle-même…) pour illustrer la vengeance d’une femme qui, dans l’entre-deux guerres, se voit dépossédée d’une fortune industrielle et financière que lui avait légué son père, par le fondé de pouvoir de celui-ci, aussi malhonnête qu’ambitieux. Un très bon moment de cinéma.

Lire la suite

"Sans filtre" de Ruben Ostlund

16 Novembre 2022 , Rédigé par JG Publié dans #Ciné

Vu « Sans filtre » le film de Ruben Östlund, palme d’or au festival de Cannes. Histoire d’une croisière pour cinq ou six couples richissimes auxquels sont invités un jeune couple formé d’un jeune mannequin et d’une influenceuse, sur un yacht de luxe avec un équipage surabondant dont le commandant est alcoolique. Et tout cela va dégénérer dans une comédie complètement déconnante, une tempête, des vomissements abondants ( pourquoi en abuser ?…), un naufrage, quelques Robinson échoués sur une île. Le tout agrémenté d’ une critique politique très acerbe qui met dans un même panier oligarques russes et progressistes américains, mais sonne la révolte quelque peu caricaturale du personnel non qualifié philippin. C’est parfois drôle mais souvent trop répétitif , avec des longueurs pénibles. Bon, un mélange de Titanic et de Grande Bouffe, c’est marrant mais, au bout du compte, sans grand intérêt que celui d’un divertissement à peine passager.

Lire la suite

"Couleurs de l'incendie" de Clovis Cornillac

16 Novembre 2022 , Rédigé par JG Publié dans #Ciné

Vu le film « Couleurs de l’incendie » de Clovis Cornillac ( qui joue d’ailleurs dans son film) d’après le roman de Pierre Lemaitre, avec Léa Drucker, Benoit Poolvoerde, Olivier Gourmet et Fanny Ardant. Joli film, fidèle au roman qui était déjà de grande qualité mais l’enrichissant, remarquablement joué( notamment par Léa Drucker qui s’affirme comme une grande actrice et Fanny Ardant, égale à elle-même…) pour illustrer la vengeance d’une femme qui, dans l’entre-deux guerres, se voit dépossédée d’une fortune industrielle et financière que lui avait légué son père, par le fondé de pouvoir de celui-ci, aussi malhonnête qu’ambitieux. Un très bon moment de cinéma.

Lire la suite

L'innocent

9 Novembre 2022 , Rédigé par JG Publié dans #Ciné

Vu « L’innocent » le film de Louis Garrel avec Anouk Grinberg, Roschdy Zem, Noémie Merlant et…Louis Garrel lui-même. Le sujet : Abel, une trentaine d’années, apprend que sa mère qui anime des actions culturelles en milieu pénitentiaire, va se marier avec un détenu. Ça l’inquiète au plus au point de sorte qu’à la sortie de prison de son beau-père, il le surveille étroitement. Le type est sympa, très sympa mais la manière dont il a offert un magasin à sa nouvelle femme est intrigante…. Et Abel va se retrouver embarqué malgré lui dans une aventure rocambolesque.

Le film est une comédie policière parfois burlesque et détendante. Les acteurs y sont de grande qualité, assurément. Mais je n’y ai pas trouvé le « bijou » dont certaines critiques m’avaient parlé…..

 

Lire la suite

Le petit Nicolas

6 Novembre 2022 , Rédigé par MG Publié dans #Ciné

« Le petit Nicolas » d’Anne Goscinny et Michel fessler,

d’après René Goscinny et Jean -Jacques Sempé.

Un joli dessin animé pétillant de tendresse pour les vacances de Toussaint à voir en famille.

Vu avec des enfants de 7 et 9 ans pendant les vacances de Toussaint.

On y retrouve la magie de notre enfance , ses expériences cocasses et ses questionnements incessants. Sempé a disparu il y a à peine 2 mois et ce film ressemble forcément à un hommage. Nicolas le personnage proncipal est un attachant garnement aux cheveux raides et au pull rouge.

Le scénario est original car il consiste à des allers retours incessants entre la réalité et la fiction. Le gamin se glisse dans les discussions entre les 2 hommes ; Ici sur la machine à écrire de Goscinny , là dans l’atelier de Sempé.

Avec « le petit Nicolas », un petit air de nostalgie plane et l’univers du dessin de Sempé si poétique et si particulier nous envahit sous forme de plénitude. A consommer sans modération !

Lire la suite

« Tori et Lokita »

2 Novembre 2022 , Rédigé par JG Publié dans #Ciné

Vu « Tori et Lokita » le film des frères Dardenne, Palme d’or, Grand Prix du festival de Cannes. Un coup de poing au plexus. Un jeune garçon, 9 ou 10 ans peut-être, et une adolescente de 13 ou 14 ans arrivent tout droit d’Afrique en Belgique. Les méandres de la bureaucratie font que lui est en situation régulière mais elle non. Leur amitié indéfectible et, à bien des égards, bouleversante, va les voir affronter très solidairement les difficultés et les violences de leur situation. Ils vont très vite tomber entre les pattes de trafiquants de drogues qui vont les instrumentaliser et les entraîner dans une violence indicible. Ces deux gosses sont magnifiques de naturel et de tendresse. Leur histoire est hélas vraisemblable et, au bout du compte, révoltante. Un très beau film.

Lire la suite

Les enfants des autres

26 Octobre 2022 , Rédigé par JG Publié dans #Ciné

Vu « Les enfants des autres » de Rebecca Zlotowski avec Virginie Efira, Roschdy Zem et Chiara Mastroianni.

Un film très contemporain qui traite avec délicatesse du rôle de la belle-mère dans les familles recomposées, de la question de la parentalité comme épanouissement d’un couple et, accessoirement - mais ça n’est en rien accessoire- de la femme. Rachel, enseignante en banlieue, a une liaison avec un père célibataire. Ils tombent amoureux et partagent leur vie avec, en garde alternée, l’enfant de l’homme. Rachel s’attache à cet enfant et s’occupe de plus en plus de la petite fille. Tout va pour le mieux jusqu’au jour où….

Ce film est d’une formidable sensibilité. Mais il tient d’abord et surtout par la prestation exceptionnelle de Virginie Efira, désormais immense actrice. Elle est belle, émouvante, drôle, expressive, intelligente …

Un bémol néanmoins: on connaît l’engagement religieux de la réalisatrice et c’est bien son droit. Le rappel de celui-ci dans quelques scènes où apparaît son père dans la vraie vie, dans un rôle de rabbin, n’apporte rien à ce beau film. Vraiment rien, comme quelque chose de saugrenu.

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>